Project

General

Profile

wiki AMADEUS

Objectifs du projet

L'objectif principal du projet consiste à développer, pour la communauté des scientifiques en Sciences de la Terre et de l’Univers, de nouvelles techniques d’analyse des grandes masses de données issues des campagnes d’observation terrestres ou satellitaires. Ces données sont caractérisées à la fois par leurs grandes tailles et leurs imperfections (données bruitées, incohérentes, incomplètes, biaisées) dues aux erreurs de transmission et aux défaillances matérielles des instruments de mesure. Une analyse efficace de ces données doit satisfaire deux contraintes majeures : (i) elle doit se faire le plus rapidement possible et (ii) les résultats doivent être pertinents du point de vue des experts en Sciences de la Terre et de l’Univers et les plus exacts possibles malgré la qualité très inégale des données disponibles. Pour atteindre le premier objectif, plusieurs approches doivent être combinées : le calcul parallèle, la construction de résumés, l’utilisation d’algorithmes approximatifs, la réduction des dimensions et la prise en compte des caractéristiques distributionnelles des données. Il faut concevoir des interfaces intuitives facilitant la compréhension des résultats ainsi que l’interaction avec les experts. A ce titre, l’implication de spécialistes de la visualisation de l’information est primordiale. Par ailleurs, chaque processus d’analyse des données pour répondre à des grandes questions scientifiques (par exemple, la découverte d’une nouvelle planète, l’explication des changements climatique) correspond à une succession d’opérations pouvant être décrite sous la forme d’un workflow dont il est essentiel de garder la trace de chaque étape expérimentale à des fins d’optimisation, de recommandation et de répétabilité.

La diversité et la complémentarité des différents partenaires constituent une des originalités du projet. En effet, cette diversité permet d’aborder toute la boucle d’exploration des données :

Les partenaires du projet

LaBRI

Le Laboratoire bordelais de recherche en informatique (LaBRI) est une unité mixte de recherche du CNRS (UMR 5800) installée sur le domaine universitaire de Talence-Pessac-Gradignan. Rattaché à l'Université Bordeaux I et à l'ENSEIRB, il dépend du département des sciences et technologies de l'information et ingénierie (ST2I).

En 2007, le LaBRI compte plus de 270 membres dont la moitié sont des chercheurs et des enseignants-chercheurs des quatre Universités de Bordeaux, du CNRS et de l'INRIA.

Les activités des membres du laboratoire relèvent principalement des thèmes suivants :

  • Combinatoire et algorithmique ;
  • Image et son ;
  • Langages, systèmes et réseaux ;
  • Méthodes Formelles ;
  • Modèles et algorithmes pour la bio-informatique et la visualisation d'informations ;
  • Supports et AlgoriThmes pour les Applications Numériques hAutes performanceS ;

Depuis son extension en 2005, le laboratoire s'étend sur trois niveaux, pour une superficie de 5000 m².

LIRMM

Le Laboratoire d'Informatique, de Robotique et de Microélectronique de Montpellier - LIRMM - est une unité mixte de recherche, dépendant conjointement de l'Université Montpellier 2 et du Centre National de la Recherche Scientifique. Il est situé sur le Campus Saint-Priest de l'UM2.

Son directeur : Jean-Claude König , et ses trois adjoints : Marianne Huchard, André Crosnier et Michel Renovell en assurent le pilotage, avec les responsables des départements scientifiques. Voir l'organisation du laboratoire.

Ses activités de recherche positionnent pleinement le LIRMM au coeur des sciences et technologies de l’information, de la communication et des systèmes.

Ainsi, de l’information aux systèmes, de la technologie à l’humain et aux usages, les activités de recherche du LIRMM concernent :

  • la conception et la vérification de systèmes intégrés, mobiles, communicants,
  • la modélisation de systèmes complexes à base d'agents,
  • les études en algorithmique, bioinformatique, interactions homme-machine, robotique,etc.

Les travaux sont menés dans trois départements scientifiques de recherche, eux-mêmes organisés en « équipes-projet ».

Les thématiques du département Informatique (responsable : Violaine Prince - adjoints : Christophe Paul, Anne Laurent, Christophe Fiorio) s’étendent des frontières des mathématiques à la recherche appliquée : algorithmique des graphes, bioinformatique, cryptographie, réseaux, bases de données et systèmes d'information (intégration de données, fouille de données, maintien de la cohérence), génie logiciel (langages de programmation, objets, composants, modèles), intelligence artificielle (apprentissage, contraintes, représentation des connaissances, systèmes multi-agents), interaction homme-machine (langage naturel, visualisation, web sémantique et e-learning).

Le département Microélectronique (responsable : Patrick Girard, adjoints : Serge Bernard et Laurent Latorre) mène des recherches de pointe dans les domaines de la conception et du test de systèmes intégrés et microsystèmes en mettant l'accent sur les aspects architectures, modélisation et méthodologie.

Enfin, le département Robotique (responsable : Philippe Fraisse, adjoint : Olivier Company) s’intéresse à des problèmes de synthèse, de supervision et de gestion de systèmes dynamiques complexes (robots, interface robot/vivant), mais aussi de navigation, localisation et de pilotage de véhicules autonomes présents ou distants, ou encore d'autres portant sur l'analyse, le codage et le traitement d'images.

LIF

LIF UMR CNRS 7279

Le Laboratoire d’Informatique Fondamentale de Marseille (LIF) est une unité mixte de recherche (UMR 7279) du CNRS, de l’université d'Aix-Marseille. Au CNRS, le LIF est rattaché à l’Institut des sciences informatiques et de leurs interactions (INS2I) à titre principal et à l’Institut des Sciences Humaines et Sociales (INSHS), à titre secondaire. Le LIF comprend 78 membres permanents et une trentaine de membres non permanents. Le LIF est structuré en cinq équipes dont les thèmes couvrent une part significative de l’informatique contemporaine :
  • Bases de Données Avancées
  • Apprentissage Automatique et Multimédia
  • Combinatoire et Recherche Opérationnelle
  • Modélisation et Vérification
  • Traitement Automatique du Langage Écrit et Parlé

Les membres du LIF participants au projet sont issues de l'équipe Bases de Données Avancées. Ils contribuent de façon théorique et applicative en bases et entrepôts de données, en fouille de données et dans une moindre mesure en visualisation d'information.

Par ailleurs, le LIF est aussi membre de plusieurs LabEx dont Archimède (archimede.lsis.org ) dans lequel tous les membres du projet émargent.

ESPACE-DEV

L'UMR ESPACE-DEV développe et met en oeuvre des méthodologies innovantes de spatialisation des connaissances en environnement par télédétection spatiale pour le développement durable des territoires aux échelles locales, régionales et globales, depuis l'acquisition des données jusqu'au processus décisionnel.

L'unité se place dans une perspective de développement durable des territoires en général et plus particulièrement en milieu tropical. Elle propose des méthodologies de spatialisation des dynamiques de l'environnement pour permettre l'adaptation des sociétés du Sud aux changements globaux.

L’UMR ESPACE-DEV est organisée autour de 3 types d’activités :

  • les activités de recherche
  • les activités de services/observatoires
  • les activités de formation

En paralèlle aux activités de recherche, l'unité propose des activités de services à destination de la communauté scientifique internationale et des pays du Sud. Elle développe et exploite un réseau de stations de réception de satellites d'observation de la Terre qui contribue à mettre l'espace au service du développement durable dans les pays du sud.

Dans le domaine de la formation, l'UMR ESPACE-DEV est particulièrement impliquée dans les formations diplômantes des universités de Montpellier, de La Réunion et de la Nouvelle-Calédonie. Elle conçoit et met en oeuvre des modules de formation à la carte et des modules d'enseignements à distance.

CEREGE

Le CEREGE, centre de recherche et d’enseignement de géosciences de l’environnement est situé sur le Technopôle Environnement Arbois Méditerranée au Plateau de l’Arbois (Aix-en-Provence) avec une antenne sur le Centre St Charles ( Place Victor Hugo à Marseille. C’est une Unité mixte de Recherche sous tutelles de l’Université Aix-Marseille ( AMU) et du CNRS ( UMR 7330, de l’IRD ( UMR IRD-AMU, 161), avec un organisme partenaire, le Collège de France. Ses approches théoriques, méthodologiques et techniques résultent d’une forte interdisciplinarité (Géologie, Physique, Chimie, Biologie, Mathématiques) au niveau des laboratoires, comme sur le terrain. Ses principaux thèmes et les objets d’études sont :

  • Planétologie et Terre Interne ;
  • Géodynamique et morphodynamique terrestre ;
  • Dynamique et Cycles climatiques ;
  • Variabilité environnementale et impacts sur les écosystèmes ;
  • Systèmes et réservoirs sédimentaires ;
  • Dynamique et traçage des hydrosystèmes ;
  • Fonctionnement des sols (naturels et anthropisés) ;
  • Nanomatériaux, Déchets et polluants

Le CEREGE appartient à l’Observatoire des Sciences de l’Univers (OSU PYTHEAS) Institut-PYTHEAS ( CNRS-INSU) ; Il participe à la fédération de recherche ECCOREV (CNRS- INEE) ; Il porte ou contribue à deux opérations EQUIPEX : ASTER-CEREGE et NANO-ID) Il porte ou contribue aux deux LABEX : OT-MED et SERENADE (Initiative d’excellence A*MIDEX).

LAM

Le Laboratoire d’Astrophysique de Marseille constitue l’un des plus importants instituts de recherche publique en France et associe la recherche fondamentale en Astrophysique et la recherche technologique en instrumentation. Le LAM est un des quelques laboratoires spatiaux en France.

Les équipes de recherche du LAM conduisent des programmes dans les domaines de la cosmologie, de la formation et de l’évolution des galaxies, du milieu interstellaire, de la formation des systèmes stellaires et planétaires, du système solaire, et de l’optique astronomique. Le LAM participe depuis 40 ans à de nombreuses expériences spatiales (SOHO, ISO, Galex, Rosetta, Herschel, COROT,...) et aux grands programmes des observatoires au sol (ESO VLT, VISTA, CFHT,...). Il developpe les logiciels de traitement de données et met à disposition les données produites via le centre de données CeSAM.

Le LAM comprend environ 52 chercheurs, 75 Ingénieurs, Techniciens et Administratifs, 15 post-doctorants, 18 doctorants et une vingtaine de CDDs, installés sur le Technopôle de Château-Gombert depuis mai 2008.Le LAM est une Unité Mixte de Recherche (n°7326) avec comme tutelles le CNRS-INSU et l’Université Aix-Marseille University (AMU).

Trent University

Trent University is a liberal arts and science-oriented institution located along the Otonabee River in Peterborough, Ontario, Canada.

The enabling legislation is the Trent University Act, 1962-63.[2] The University was founded through the efforts of a citizens' committee interested in creating a university to serve the Trent valley.[3] The chancellor of Trent University is Tom Jackson and Dr. Steven E. Franklin is the president and vice-chancellor.

The Symons campus of Trent is approximately 5.6 km2 (2.2 sq mi), over half of which is a part of Trent's Nature Areas, an ecologically diverse wild-life preserve. It is divided into a series of colleges: Champlain, Lady Eaton, Catharine Parr Traill, Otonabee, Peter Gzowski, and Julian Blackburn. Each college has its own residence hall, dining room, and student government, other than Julian Blackburn which is a non-residential college and home to Trent's 1,700 part-time students. The campus plan and the original colleges were designed by the Canadian architect Ron Thom. A large portion of the main campus consists of land that was donated by GE Canada. This donation included a functioning hydroelectric power plant dating from the 1890s, and which still generates a substantial portion of the university's electricity; the power plant is being updated and a second generating plant being considered.

Trent also runs a full- and part-time program in Oshawa at the new Thornton Rd. campus, with an enrolment of over 800 students. The university is represented in Canadian Interuniversity Sport by the Trent Excalibur. Some of the more notable specialized programs at Trent include the Queen's University/Trent concurrent education program, the Trent University School of Education, a joint program with Fleming College, in which students earn a B.Sc.F.S. in Forensic Science, as well as a B.Sc.N. program in Nursing.

Les participants

Laboratoire Nom Statut
LaBRI Romain Bourqui MCF, LaBRI
Nicolas Hanusse DR CNRS
Sofian Maabout MCF, LaBRI
LIRMM Pascal Poncelet Pr, UM2
Maguelonne Teisseire DR, IRSTEA
Dino Lenco CR IRSTEA
Anne Laurent Pr, UM2
Sandra Bringay MCF, UM2
Arnaud Sallaberry MCF, UM3
Jordi Nin Lecturer, UPC
LIF Lotfi Lakhal Pr, UAM
Viat Phan Luong MCF, UAM
Sébastien Nedjar MCF, UAM
Noël Novelli MCF, UAM
ESPACE-DEV Laure Berti-Équille DR Informatique, IRD
Isabelle Mougenot MCF Informatique, UM2
Emmanuel Roux CR Informatique et télédétection, IRD
Frédérique Seyler DR IRD
Thérèse Libourel PR, UM2
Yuan LIN Docteur Informatique
CEREGE Vincent Moron Pr UAM, Climatologue
LAM Christian Surace IR, resp CeSAM
Vincent Le Brun MdC, responsable scientifique ceSAM
Pierre-Yves Chabaud IE resp technique projet CoRoT
Magali Deleuil PR, chef de projet CoRoT
Trent University Sabine McConnell Professor

Les présentations

Data Mining Outline for Exoplanet Data